Accueil >Kiosque > Les ateliers
décoder l'actualité politico-économique pour se couvrir

atelier - novembre 2011 - décoder l'actualité politico-économique pour se couvrir

 

A 6 mois d’écart, nous lançons deux alertes autour de « l’actif sans risque » =
 

-          Daté du mois d’avril, et faisant suite à la mise sous « observation » de la note AAA américaine (on sait depuis ce qu’il en est advenu), je sors des archives un éditorial de la Financière de l’Echiquier (cf article à télécharger) ; une situation inédite est pointée du doigt = des sociétés s’endettent à meilleur coût que l’Etat qui héberge leurs sièges sociaux …

-          Plus récent, écrit à la mi-novembre, je vous livre une réflexion sur l’assurance-vie, le « placement-favori-des-français » ; il ne s’agit pas de vouloir se tirer une balle dans le pied, mais bien d’ouvrir un débat. Les acteurs institutionnels fuient ce débat. Nous, nous souhaitons montrer l’indépendance de notre conseil.

 

L’assurance-vie existe depuis le milieu du XIXème siècle et l’on peut dire que c’est la réponse à la française du trust anglo-saxon ; sauf que aujourd’hui le trust montre toute sa pertinence, et l’assurance-vie ses limites. Toutefois tempérons cette vision pessimiste = l’assurance – vie a traversé la guerre de 1870, celle de 14-18, la crise de 29, la guerre de 39-45.

L’euro menacé n’est pas encore la Pologne de 38, Wall-Street joue de la lyre quand Rome flambe (et le Parthénon est une deuxième fois dynamité). Il est utile d’anticiper les conséquences d’une disparition de l’Euro, même si nous anticipons sa survie dans un sursaut de prise de conscience du Politique.

***

L'assurance-vie : faut-il en sortir ou s'agit-il, au contraire, du dernier placement refuge?

Les assureurs garantissent souvent contractuellement le rendement du fonds. La règlementation leur impose par ailleurs de servir une rémunération minimum, en distribuant aux souscripteurs une quote-part des gains réalisés. Les rendements servis par les assureurs sont certes en baisse régulière mais demeurent encore largement positifs, contrairement à la plupart des placements en 2011.

Combien vaut réellement aujourd’hui votre fonds en euros ?

La face cachée de toutes ces garanties, c’est que les fonds en euros sont de vraies black box : impossible de connaître précisément la composition des portefeuilles, l’allocation et surtout la valeur de marché des fonds.

Malgré cette opacité et l’absence de communication des gestionnaires, la « physionomie » générale de tels fonds est un secret de Polichinelle. Avec la finance de marché et un peu de bon sens, il est possible de construire un portefeuille qui réplique peu ou prou les engagements et donc les risques d’un portefeuille de type « euro ».

Aujourd’hui, on peut affirmer sans prendre beaucoup de risques que l’épargne de votre fonds en euros est essentiellement investie en actifs financiers réputés de première catégorie (investment grade), à savoir :

  • Obligations d’État européennes, à hauteur de 30 à 40%. On y trouve évidemment des obligations italiennes, espagnoles, portugaises en complément des emprunts d’Etat français et parfois mais en faible proportion allemands…
  • Obligations privées principalement bancaires à hauteur de 30 à 40%. Comme les banques européennes émettrices de ces obligations sont également largement engagées dans les pays de l’Europe du sud, la réelle exposition des assureurs aux risques pays est en fait très difficile à mesurer : elle semble en tous cas bien supérieure aux montants affichés.

Quel crédit accorder aux garanties données par l’assureur ?

Comme ces portefeuilles ne sont pas valorisés au prix de marché, il est légitime de s’interroger sur la solvabilité des assureurs en cas d’extension de la crise à l’Italie ou de crise systémique en zone euro (1).

Afin de tenter d’avancer vers plus de compréhension, nous avons construit un portefeuille «proxy» qui réplique en prix de marché le comportement d’un fonds euros, à partir des informations publiées par les rares fonds qui dévoilent leur allocation d’actifs. Un tel portefeuille dégagerait un rendement de 3%, en investissant 50% dans les mêmes actifs que les fonds euros et en laissant 50% en liquidité !

Cette réalité associée au principe de prudence, quand il y a doute, commande de fuir et de vendre ce qui est artificiellement soutenu par une garantie en capital censée protéger des actifs qui ne sont pas évalués à leurs vrais prix.

 

 

Les News
Economie
Décès de notre webmaster et son épouse durant les attentats en Turquie du 1er janvier 2017 : La Reina, Turquie, 1er janvier 2017. La barbarie est sans frontière e...
Economie
Au secours - la crise grecque revient : Nouvelles échéances de prêts, nouvelles exigences de réformes sur ...
Economie
Le Capital Patient : Une « bonne » année nouvelle en 3 constats : les banques sont solid...
Economie
Les somnambules : En 1914, les décideurs et financiers parisiens prennent conscience de...
Voir plus
Les Ateliers
2011-11-26

atelier cinéma ; un investissement plaisir ... rentable: Nous avons organisé jeudi et vendredi deux soirées autour de « l’...
2011-11-15

décoder l'actualité politico-économique pour se couvrir: Après vous avoir indiqué comment lire la météo, nous vous proposon...
2011-09-22

les tableaux de bord de la finance = 4 graphiques qui donnent la météo !: Entre les Cassandre qui prédisent la fin du monde, et les bisounours ...
2011-08-23

la finance c'est du travail: les offensives guerrières se déclenchent en été ...
les marchés ...
Voir plus
L'Investissement ISR
L’Investissement Socialement Responsable, le Développement Durable, les Fonds Solidaires ou de Partage: Natixis a bien intégré cette problématique, et développe un discou...
note de conjoncture des notaires parisiens, pour l'immobilier résidentiel Paris - Ile de France: La dernière note de conjoncture des notaires parisiens, pour l'immobi...
Votre patrimoine en 2006 : aspects fiscaux et économiques: La loi de finances 2006 pour les particuliers et chefs d’entreprises...
Voir plus